page accueil

 

Actualité

nous écrire

 

 

Evaluation des enseignants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acte 1 : un projet ministériel inacceptable.

Le 15 novembre, le site «Le café pédagogique» révèle que l e ministère entend revoir les modalités d'évaluation et de déroulement de carrière des enseignants.

--> L e projet prévoit de supprimer le recours à un barème pour les promotions et d e laisser les IEN déterminer seuls ,  la liste des enseignants qui peu ven t être promu s plus ou moins rapidement.

--> Pour le 2nd degré le rôle du chef d'établissement est considérablement renforcé. Ce n'est pas l'Inspecteur mais le chef d'établissement qui évalue les enseignants et décide de leur déroulement de carrière.

--> Ce projet doit entrer en vigueur dès 2012 avec une période transitoire de 3 ans durant laquelle toutes les promotions autres qu'à l'ancienneté sont supprimées.

 

Acte 2 : les organisations syndicales dénoncent ce projet et demandent de véritables négociations.

L es organisations syndicales dénoncent ce projet et dépos ent un préavis de grève pour le 15 décembre. Cette date n'est pas idéale pour une mobilisation forte en particulier dans le 1er degré, mais elle est liée à l'imminence de la mise en œuvre du projet (décrets et arrêtés déjà rédigés).

Dans leur appel commun elles soulig n ent :« il est de la responsabilité du Ministère de mettre un terme à ce conflit en retirant ce texte et en ouvrant de véritables négociations sur cette question».

Le sgen-cfdt a rappelé au ministère l'obligation légale d'ouvrir une négociation.

 

Acte 3 : le ministère annonce l'ouverture de négociations.

Dans sa réponse au sgen, l e ministère indique que son projet est une «base de proposition ouverte» qu'il accepte des négociations ; le texte ne sera donc pas publié en janvier. P ar écrit le ministère précise les modalités de la négociatio n prévue  au 1 er trimestre 2012 :

"- Des réunions bilatérales pour discuter des propositions alternatives des organisations syndicales et faire émerger la proposition négociée...

- Une réunion multilatérale au cours du 1er trimestre 2012, préparatoire au comité technique qui aura à délibérer."

Pour la période transitoire, le ministère a aussi indiqué un peu avant aux syndicats qu'il revient sur le gel des promotions au grand choix et au choix : "...concrètement en 2013 et 2014 les campagnes d'avancement seront organisées et les promotions seront réalisées dans les mêmes conditions qu'actuellement ».

 

Acte 4 : le sgen-cfdt suspend son appel à faire grève.

Le sgen-cfdt prend acte de ces 3 mois de délai obtenus pour la concertation et suspend son appel à la grève . N ous mesurons l'écart qui existe entre nos propositions et le projet initial ministériel. Nous savons qu'avec ce gouvernement, ce n'est pas gagné et qu'une négociation de ce type peut se terminer sans accord. Nous avons un trimestre pour y arriver.

Les autres syndicats maintiennent l'appel à la grève du 15 décembre.

 

Acte 5 :  l'analyse et les demandes du sgen-cfdt .

Le projet ministériel accentue la soumission au supérieur hiérarchique !
Même s'il est aujourd'hui gelé et devenu une «base de proposition ouverte» le texte initial nous éclaire sur la philosophie ministérielle.

· Renforcer le "mérite" : après un  entretien tous les 3 ans, l'IEN déciderait seul des promotions. Il déterminerait les 30% de PE les plus méritants auxquels il pourrait accorder une réduction d'ancienneté de 5 mois par an. (l'équivalent du grand choix actuel) et les 50% de PE «assez méritants» qui bénéficieraient de 2 mois par an (l'équivalent au choix). Les 20 % de PE restants seraient  promus à l'ancienneté. 

· Renforcer le rôle hiérarchique des chefs d'établissement du 2 nd degré : les pouvoirs attribués à l'IEN pour le 1 er degré (entretien, évaluation et classement des personnels) , seraient dans le 2 nd degré exercés par le chef d'établissement. Il deviendrait ainsi "le patron" de "son" établissement avec toutes les dérives et l'arbitraire qui en découleront.

Le statu quo n'est pas souhaitable !

Notre refus de ce projet ne signifie pas  une demande de maintien du système  actuel que nous dénonçons depuis des décennies .

Aujourd'hui l'évaluation des enseignants se fait par une inspection-notation - tous les 3-4 ans dans le 1er degré et tous les 5-6 ans dans le 2nd degré- avec deux objectifs antinomiques : 
--> évaluer et améliorer les pratiques professionnelles.
--> gérer le déroulement de carrière. les promotions se font selon un barème basé sur le "mérite" (mesuré par la note d'inspection). Dans le 1er degré l'AGS et aussi un élément du barème qui permet de minorer le soi disant mérite.

Parce qu'évaluation et avancement d'échelon ne peuvent aller de pair, le sgen a toujours demandé de les dissocier

Position du sgen-cfdt : l ors des négociations, nous rappellerons que le déroulement de carrière et l'évaluation, doivent être déconnectés:

• Le déroulement de carrière identique et au rythme le plus rapide pour tous doit être généralisé. C'est aujourd'hui la règle pour les personnels de la hors classe, pour les directeurs d'établissements spécialisés et de SEGPA ...

• L'évaluation doit prendre  en compte le travail d'équipe, et l'ensemble des tâches effectuées par les enseignants. Elle doit permettre un regard croisé de l'évaluation entre le supérieur hiérarchique, évaluateur de proximité, l'inspecteur, expert nécessaire, et le collègue concerné.

En savoir plus : le tract de la fédération du sgen-cfdt.