les contours d'une revalorisation

 

Une enveloppe de 500 millions d'euros :
une 1 ère étape pour 2021 ! Pour qui tout de suite ? Quelle trajectoire après 2021 ?

 

Lors d'une séance en présence de toutes les organisations syndicales nationales représentatives, le Ministère, par la voix de son DRH, a ouvert ce mardi 13 octobre le groupe de travail spécifique à la rémunération des enseignant·es.

L'enveloppe pour l'année 2021 est de 400 millions d'euros (500 millions si on prend en compte l'année « pleine ») avant la proposition d'une loi pluriannuelle dans les prochaines semaines. Cette enveloppe correspond donc à 1% du budget annuel de l'Education Nationale.

Le Ministère a scindé les 500 millions d'euros en 4 parties bien distinctes :

- La prime d'attractivité = 260 millions d'€

- La prime d'équipement = 178 millions d'€

- Les mesures catégorielles = 51 millions d'€

- Les promotions (Pro/Pro) = 11 millions d'€

Cette première rencontre avait donc pour objectif premier de présenter aux syndicats les pistes du Ministère… avec au final peu d'évolutions depuis celles présentées initialement dans le cadre de la réforme des retraites.

Le Sgen-CFDT se félicite d'avoir été entendu sur de nombreux points : l'absence de contreparties (missions supplémentaires) qui se traduisaient initialement par les heures supplémentaires et les formations rémunérées durant les congés scolaires. De plus, les contractuels enseignants sont aussi concernés par une prime, c'était clairement un préalable du Sgen-CFDT.


Le Ministère a souhaité faire un 1 er round d'échanges sur des propositions que nous avons découvertes en séance.
Pour le Sgen-CFDT, même s'il s'agit d'un 1 er effort financier notable, l'absence de garanties sur les prochaines échéances pluriannuelles et du montant des hausses constitue un réel problème pour la profession.
Bien entendu, nous savions qu'avec « seulement » 500 millions d'euros cette année, la très grande majorité des collègues n'aurait pas accès à une revalorisation conséquente. Le gel du point d'indice étant acté, seules des primes permettent dès lors d'ouvrir des revalorisations.

 

Concernant la prime d'attractivité: 4 scénarios sur la table

 

 

Priorité du Ministère est donc donnée aux personnels en début de carrière... de l'échelon 2 jusqu'à 18 ans d'ancienneté...

Vous le comprendrez aisément, plus le nombre de personnels concernés par l'augmentation est important, plus l'indemnité est réduite pour tous. Entre le scénario 1 et le scénario 4, les gagnants pourraient avoir de +135€/mois à +7€/mois...

Point important à noter concernant les PE, le Ministère propose de réduire l'écart des salaires entre le 1er degré et le 2nd degré avec une part indemnitaire plus importante aux PE.

Concernant la prime d'équipement, l'enveloppe nationale est estimée à 178 millions d'euros soit une prime de 150€/an pour chaque personnel ayant une charge devant élèves. Cette prime serait versée en février-mars 2021 (actuellement, tous les stagiaires en sont exclus, tout comme les AESH, Psy-EDA…).

Cette prime est donc un forfait annuel, versée sur plusieurs années, elle permet de s'équiper ou de renouveler son matériel. Cette indemnité sera versée sans contrôle : pas de bon d'achat ou de demande de justificatifs. Les contractuels seront concernés tout comme les agents en temps incomplet ou à temps partiel (pour lesquels cette prime sera versée entièrement quelle que soit la quotité de travail).

La négociation devrait être plus que limitée sur cette prime dont les contours semblent être figés.

Concernant les mesures catégorielles, les personnels de direction ainsi que les PE en charge d'une direction d'école semblent celles et ceux dont l'enveloppe de 51 millions d'euros est promise.

Une faible marge de négociation est là aussi possible.

C'est début novembre que J-M Blanquer fera ses annonces sur la direction d'école (de l'indemnitaire et des décharges…).

Toutefois, le Sgen-CFDT estime que l'enveloppe dédiée aux mesures catégorielles ne permettra pas d'estomper l'absence de reconnaissance financière pour des personnels, par exemple travaillant dans l'ASH (pénitentiaire, RASED, Ulis-école…).

Concernant les promotions, le ratio  promus/promouvables pour la Hors Classe est le levier annoncé avec 1 700 promotions en 2021. Le passage de 17% à 18% représente un budget de 11 millions d'euros.

Au-delà de la Hors-Classe, le Ministère s'engage à ne plus perdre des promotions « non consommées » à la classe exceptionnelle faute de personnels éligibles dans des viviers (le vivier 2 pour les PE). Cette augmentation de 1% est donc avec la prime d'équipement le seul geste en direction des enseignant·es qui ont une ancienneté de plus de 20 ans.